28 novembre 2016

Tes déchets c'est de l'Or...

 
Hé oui ! Tes déchets organiques peuvent se transformer en or ! De couleur foncée, le compost offre une nourriture naturelle aux plantes. Composter c’est reproduire ce que la nature fait à l’ordinaire dans les prés sauvages et dans les bois ! Chaque saison, les fleurs fanées, les herbes séchées, les feuilles et les branches mortes se mélangent à d’autres restes naturels pour devenir de l’humus. La terre ainsi nourrie favorise ces nouvelles pousses et floraisons. Inspire toi de la nature... ;)

POURQUOI CONSTRUIRE SA COMPOSTIERE 
Pourquoi pas, j’ai envie de te dire ! Cela te permet de voir le processus de compostage en action et de récolter de l'engrais et de la terre gratuitement ! Et cerise sur le gâteau, tu fais un beau geste pour la planète ! Plus d'arguments... Car c’est facile et ça peut rapporter gros ! Petit calcul rapide, moins d’achats de sacs poubelles c’est moins de plastique !

TECHNIQUE 
Compost ménager à trois bacs : le compostage se passe dans les deux bacs extérieurs et la maturation dans le bac du milieu, après tamisage.


LE COMPOST EN BACS 
Ces bacs sont réalisés avec des palettes non EU par souci de véritable récupération. Constitué de trois bacs associés et posés à même le sol sur un grillage (mailles de 1 centimètre) qui empêche les souris, mulots, etc. de pénétrer par-dessous dans le compost. Autrement, ces charmantes bestioles aménagent un hôtel quatre étoiles sous le compost et viennent prendre leurs repas et se chauffer quand bon leur semble, se reproduisant rapidement et réduisant fortement les populations de vers de compost. Les palettes du devant, fixées simplement avec du fil de fer, sont amovibles, et celles de derrière sont enfilées verticalement contre deux grandes palettes. Les parois des bacs sont remplies de paille, pour protéger le compost du vent et du soleil. Des planches de finitions seront installées sur le dessus des palettes. Badigeonne le tout d'une huile de cuisine périmée, recyclons, recyclons mes zamis ;) Cela permettra de protéger les palettes de l’humidité et offrira également un joli aspect esthétique. Pense durabilité :)

Rajoute de la paille dans les fentes de la palette 
pour protéger le compost du vent et du soleil.

DANS UN FUTUR PROCHE
Le compost sera entouré de haies variées (à fleurs et à baies) et protégé par un toit végétal. Cette plante (je suis à l’étude pour savoir quelle plante sera la plus adaptée) sera placée à 1 mètre de distance dans des pots rectangulaires afin que leurs racines ne s’installent pas dans les composts. Cette distance permet aussi un large accès aux différents bacs pour la manutention. 

POURQUOI 2 BACS AUX EXTRÉMITÉS ? 
Le système décrit ici convient parfaitement à une collectivité. Au mas de Beaulieu, ce type de compost permet de recycler les déchets de cuisine correspondant à environ 6000 repas chauds par an (une vingtaine par jour). 

Le bac 1 et 3 sert au stockage de matériaux à composter issus uniquement de déchets ménagers. Quand un bac est plein, on commence à remplir l’autre en attendant que le compostage se fasse dans le premier. Une ou deux fois par an (selon l’usage), le contenu de chaque bac est vidé de manière à récupérer le bon compost. Le devant amovible permet de trier le contenu à l’aide d’une fourche. Les premières couches insuffisamment transformées sont mises de côté. Dessous, le compost brut est joli, presque noir, plein de vie, il sent bon et contient peu d’éléments reconnaissables. Il est alors tamisé à l’aide d’un tamis (mailles de 1 centimètre) que j’aurai bricolé et qui sera installé dans le bac de maturation (en diagonale). Ce qui ne passe pas par le tamis, le « refus », est mis de côté. Lorsque le tamisage est terminé, on réinstalle la palette du devant, puis le refus est remis dans le bac vide, et on recouvre le tout avec les premières couches mises de côté au début de l’opération. L’apport de matières fraîches peut recommencer. Cette opération de tamisage nécessite que le compost brut ne soit pas trop humide, elle permet d’obtenir un compost déjà bien transformé, fin et homogène, généralement demi-mûr. Il peut être utilisé tout de suite ou plus tard si l’on souhaite un compost bien mûr. 

Lorsque le compost demi-mûr ne contient plus assez de nourriture pour les vers de compost, ceux-ci migrent vers les bacs voisins. Petit à petit, leur population grossit et devient de plus en plus efficace dans la transformation des matières.

Dans le fond de la compostière met une couche de branchage, paille et broyat 
avant de mettre tes déchets.

N’OUBLIE PAS
Si ton nez te signale de mauvaises odeurs, c’est qu’il y a trop d’eau, on ajoute alors des feuilles sèches qu’on mélange avec les couches trop humides. Deux des trois bacs servent au compostage des matières. Lors de leur vidange, le contenu des seaux de déchets ménagers est mélangé à un volume équivalent de feuilles mortes ou de broyat (parfois deux) Prends soin d’avoir toujours une couche protectrice de feuilles en surface pour garder l’humidité. Pas besoin d’ajouter de l’eau, le mélange en contient assez avec les légumes.

AVANTAGES 
Possibilité de travailler plus facilement l’esthétique.
Meilleure protection contre les intempéries : vent et soleil (les tas sont plus compacts, collés les uns aux autres), pluie (couverture plus facile).
Les vers de terre et autres micro-organismes migrent plus facilement d’un tas à l’autre (les compostages démarrent plus rapidement par insémination).


LA CRÉATION DU COMPOST À ANDAIN 
Cette technique est la plus simple pour obtenir du compost. Il suffit d’entasser des couches de matériaux secs (carbonés), de matières fraîches (azotées) et de fumier, saupoudrées de cendres de bois. Le tas aura une largeur et une hauteur de 1 mètre pour une longueur au choix (au moins 1,5 mètre) et sera placé derrière le bac à broyat. Plusieurs tas seront réalisés au cours de l’année suivant l’arrivée de déchets verts et ils seront retournés une fois la fermentation à chaud terminée. Cette opération homogénéisera le mélange, le réoxygénera et relancera le processus de compostage. Les vers de fumier (Eisenia foetida) pourront alors coloniser le tas et commencer leur travail de décomposition. L’espace requis pour ces composts est important. 

QU’EST CE QUE JE PEUX METTRE DANS LE COMPOST AU JARDIN LATINIS ?
DANS LES BACS 
Matières fraîches : feuilles vertes, fanes de carottes, épluchures de pomme de terre, déchets de fruits et de légumes, épluchures d’agrumes et de bananes. Marc de café avec filtre en papier, y compris les pads (non synthétiques) déchirés préalablement. Feuilles et sachets de thé (sauf ceux en matière synthétique). Attention aux étiquettes colorées ! Tu peux mettre également des coquilles d'oeufs.
Matériaux secs : carton d'oeuf (enlève l'étiquette), papier essuie-tout.
Rajoute dans le bac à compost, l'équivalent de son sceau de déchets frais avec du branchages broyés et/ou des feuilles mortes (pendant l'hiver). Le bac à matières sèches est placé à part et se trouve tout à ta gauche... Ne met pas de déchet dedans ! Cela doit rester des matières sèches :)


SUR LE COMPOST À ANDAIN 
Litières des petits animaux herbivores ou granivores : cobaye, lapin, pigeons.
Tailles de haies et d’arbustes finement coupées.
Plantes et fleurs fanées.
Tiges et feuilles sèches.
Branchages broyés.
Paille, copeaux.

Si tu as de la sciure, ça nous intéresse... on l'utilisera à la toilette sèche :)


CONCLUSION
Préparer du compost est une occasion de s’associer au vivant. C’est une communion pleine de sensibilité, c’est un art partagé qui aboutit à une nourriture de haute qualité. Elle brunit de fécondité :)

Source : Le manuel des jardins agroécologiques
0 commentaires

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

 

Textes, images et vidéos par Christiane Désir. Sous licence "CC" Creative Commons - Attribution-NoCommerciale-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0).

Original Design by Main-Blogger - Blogger Template and Blogging Stuff