09 octobre 2015

L'égalité est bonne pour tous, même pour les riches !

 
Souvent écœurée par la nature humaine, j’essaie de changer en moi certaines façons de penser. Par la méditation, le respect, le non-jugement, vivre le moment présent. Mais j’avoue que c’est un travail difficile, ne pas juger. Sans cesse autour de moi, je vois des inégalités. Mon empathie est telle, que certains jours je pleure l’indifférence générale. Heureusement, je fréquente des personnes qui ont le don de me remonter le moral par leur gentillesse et leur bienveillance. Ce livre, je pourrais te le décrire en entier, tellement il y a des passages que tu dois absolument lire. Notre société va mal, oui, tout le monde le sait... Mais que fait-ton, qu’est-ce que je fais au quotidien pour que cela aille mieux ?


L'INÉGALITÉ
Je vie en harmonie, je n'ai pas de frontière. J'ai remarqué aujourd'hui que nous avons une langue qui nous unit tous ! L'Art. Et en particulier, la danse :) Je reviens du camp des réfugiés et j'ai dansé avec eux, j'ai offert un moment de gaieté. Les remarques sont horribles, les gros titres des journaux aussi, migrants par ci, migrants par là, smartphone, blablabla, soit ! Ces Terriens en difficultés doivent occuper des pays en guerre et perdre la vie ? Mais oui, mon cher ami, cela ferait plus de croissance pour nous, chER Europe !


Il y a même un site pour dénoncer la fraude sociale ! Perso, j’appelle cela de la délation ! Apprend l’histoire à l’école pour éviter qu’elle se répète ! Hoohooo quelle belle idée ! La Deuxième Guerre mondiale, ça te dis quelque chose ? L’usine Schindler, Auschwitz, Gengis Khan, Pol Pot, les Indiens d’Amérique du Sud à ceux d’Amérique du Nord, en passant par l’Ukraine affamée par Staline et l’horreur du Rwanda. Qu’est-ce qui nous différencie de l’animal ? Notre soi-disante « intelligence », je n'en suis pas convaincue ! Et j'avoue que je penche pour l'animal, il est moins féroce !

LA PEUR
Signaler autrui, car il n’a pas déclaré son amie, qui en plus, repasse le linge d’une voisine aveugle, est tout à fait normal, tu me diras  ! Nous préférons montrer du doigt les petites gens qui essayent de sortir la tête de l’eau, par la débrouillardise à la Jugaad et ainsi faire oublier les vrais fraudeurs ! Les big boss, genre la Deutsche Bank, fondé en 1870 pour assister les entreprises allemandes, notamment Siemens, dans leur expansion internationale. Le Secrétaire d’Etat se veut rassurant, je cite : « Pour le Secrétaire d’État à la Lutte contre la fraude sociale, il ne s’agit pas de pousser à la dénonciation, mais grâce à son nouveau site internet, il veut la rendre plus efficace ». Cherche l’erreur ! Il s’agit tout simplement de faire perdre confiance en l’autre et ainsi créer la psychose. Nous élever les uns contre les autres ! Un gentilhomme a mis au point le site Gestapo.be qui usurpe le site officiel contre la fraude sociale, ça en dit long sur le genre de société dans laquelle nous vivons ! J’appelle cela le génocide des pauvres, un ethnocide justifié. Les 1 % existeront mieux sans nous !

Un brin de causette sur la manifestation du 7 octobre, elle n’était pas encore finie. Le titre est pourtant déjà alarmiste : « Bruxelles, des dizaines de milliers de manifestants, des incidents hors cortège » tout cela pour faire vendre du chou vert, où pour faire peur aux prochaines personnes qui souhaiteraient affirmer leur mécontentement ! Aaaah, la police... qui nous protège, je rigole !

Que faire ? Sommes-nous capables de nous aimer ? Sommes-nous capables de nous métamorphoser ? Ma curiosité et mon côté « Bisounours » crient « Oui » ! Même si ma hargne prend le dessus par moment. Je suis sûre que nous en sommes capables ! En tout cas, si j’arrive à changer ma façon de voir, pourquoi pas toi  ? 

Je ne suis personne, je suis égale à toi, nous sommes... Tous ensemble pour un monde meilleur ! 

Comment tout peut s'effondrer I Petit manuel de collapsologie à l'usage des générations présentes. Pablo Servigne, Raphaël Stevens


EXTRAIT
Dans son livre « Comment les riches détruisent la planète », Hervé Kempf avait également montré les rapports étroits qu’entretenaient les inégalités et la consommation. En effet, l’augmentation des disparités économiques provoque une accélération globale de la consommation par un phénomène sociologique appelé consommation ostentatoire, et décrit pour la première fois par le sociologue Thorstein Veblen : chaque classe sociale a tendance à tout faire (et en particulier consommer) pour ressembler à la classe sociale qui se trouve juste au-dessus. Les pauvres s’efforcent de ressembler aux classes moyennes, ces dernières veulent revêtir les attributs des riches, qui eux font tout pour montrer qu’ils font partie des « hyperriches ». Ce phénomène est si puissant que la consommation peut devenir, dans les sociétés riches, inséparable de la construction de l’identité personnelle. Coincée dans un modèle de compétition, la société sombre dans cette spirale infernale de consommation et d’épuisement des ressources. Le modèle HANDY est d’autant plus pertinent que notre société montre aujourd’hui tous les symptômes de la société inégalitaire fortement consommatrice de ressources décrite dans le modèle. Depuis les années 1980, les inégalités ont littéralement explosé. Le problème est que nous avons aujourd’hui les preuves que les inégalités économiques sont très toxiques pour notre société. Selon Joseph Stiglitz, elles découragent l’innovation et érodent la confiance des populations en renforçant un sentiment de frustration qui sape la confiance des populations envers le monde politique et ses institutions. La démocratie elle-même se trouve mise en danger. Le système semble avoir remplacé le principe « une personne, une voix » par la règle « un dollar, une voix »... Les inégalités sont aussi toxiques pour la santé. Les sentiments d’angoisse, de frustration, de colère et d’injustice de ceux qui voient cet horizon d’abondance leur échapper ont un impact considérable sur les taux de criminalité, l’espérance de vie, les maladies psychiatriques, la mortalité infantile, la consommation d’alcool, les taux d’obésité, les résultats scolaires ou la violence des sociétés. Ce constat est remarquablement décrit, documenté et chiffré par les épidémiologistes Richard Wilkinson et Kate Pickett dans leur best-seller « Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous ». En comparant les données de 23 pays industrialisés (données de l’ONU et de la Banque mondiale), ils découvrent que de nombreux indices de santé d’un pays se dégradent non pas lorsque son PIB chute, mais lorsque le niveau d’inégalités économiques augmente. Autrement dit, non seulement l’inégalité économique est toxique pour une société, mais l’égalité est bonne pour tous, même pour les riches !

Source : Comment tout peut s'effondrer 
0 commentaires

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

 

Textes, images et vidéos par Christiane Désir. Sous licence "CC" Creative Commons - Attribution-NoCommerciale-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0).

Original Design by Main-Blogger - Blogger Template and Blogging Stuff