18 mars 2015

Construction de mon jardin à manger #2

 
Ça y est ! Nous sommes à la deuxième étape. J’ai sué des gouttes, vous aussi sans doute ;) Décortiquer ces palettes n’était pas de tout repos. Après l’arrachage des clous, c’est avec des échardes plein les mains que je vous écris ces quelques conseils.

Après avoir construit votre conteneur, vous devez créer maintenant votre système d’imperméabilisation. Pour cela, nous allons disposer successivement sur les parois, une couche de géotextile, une couche de membrane étanche, une couche de billes d’argile, une couche de géotextile. ATTENTION, quand on procèdera au calcul des dimensions, on n’oubliera pas de rajouter une dizaine de centimètres supplémentaires pour tenir compte de l’épaisseur cumulée de ces différentes couches.

LE FAMEUX GÉOTEXTILE
Au début de mon délire, je voulais ne rien acheter, mais rien ! En bon petit recycleur, je m’étais imaginé tout un tas de petits trucs pour y arriver. Sac de pommes de terre en jute me revenait obsessionnellement ! Mais chez Ecoflora, le gars me l'a déconseillé. Apparemment, cela se dissout très rapidement. Le best of the best : le géotextile. J’en trouve chez Groendekor, car franchement dans les grandes surfaces, il n’ a rien de rien. J’ai donc acheté du GEOTEX, 5 x 2m (200g/m2) pour 24,80 €. On l’utilise souvent comme sous-couche afin de protéger le revêtement des bassins, elle a une résistance exceptionnelle...

La première couche de géotextile permet d’éviter de trouer la bâche. Après il faudra poser la deuxième couche qui elle, sépare la réserve d’eau du substrat, mais les racines des plantes le traversent pour puiser l’eau dans la réserve, et celle-ci remonte aussi par capillarité via les billes d’argile. Jusque là, rien de bien compliqué ! Sur la vidéo vous verrez le système de pliage, j’ai attaché le tout avec une agrafeuse (les grandes hein, pas les petites à papier).


Lorsqu’il pleut et que le substrat est saturé d’eau, celle-ci coule souvent à l’extérieur en emportant les nutriments qu’elle a dissous. En prévoyant au fond du conteneur un bac étanche de 5 cm de haut rempli de billes d’argile. L’eau et les substances alimentaires directement assimilables restent. L’eau remonte par capillarité à travers les billes d’argile et humidifie le substrat par le bas, comme dans un sol naturel dont la surface s’assèche. Un géotextile posé sur les billes d’argile empêche le substrat de pénétrer entre celles-ci. Les racines vont percer le géotextile et s’alimenter avec l’eau et les nutriments de la réserve. La réserve d’eau permet de limiter l’arrosage et offre une sécurité lors des chaudes journées d’été où la plante peut rapidement dessécher le substrat...

LE SYSTÈME D’IMPERMÉABILISATION
Nous arrivons ici à l’étape la plus cruciale, à savoir la réalisation de la cuvette imperméable. Pour ce faire, il faudra placer un revêtement permettant d’imperméabiliser le fond et les parois du conteneur. C’est la bâche en EPDM qui constitue de toute évidence la meilleure qualité. Faisant 1 mm d’épaisseur, de couleur noire, cette matière souple présente une étanchéité parfaite. Sa durabilité est généralement garantie par le fabricant pour une période supérieure à 20 ans. Son prix oscille autour de 9,95 euros du mètre carré. J’ai trouvé cette bâche à nouveau chez Groendekor. Au niveau écologique l’EPDM est un matériau inerte, à l’impact environnemental limité, et ce tant au niveau de sa production, de son application que durant sa durée de vie. Aucune substance toxique n’est dégagée pendant la mise en œuvre. La membrane de bassin en EPDM, c’est vraiment le top, mais c’est cher le mètre carré ! Certains utilisent du PVC, mais attention, car il contient des phtalates et des métaux lourds. Si vous optez pour le moins onéreux, procédez à un grand nettoyage de la bâche avec du savon noir. Comme je vous disais plus haut, pour éviter un risque de trouer la bâche, j’ai placé d’abord une première couche de géotextile. On dispose la bâche sur les parois du conteneur en épousant la forme de celui-ci. Les plis saillants seront éliminés en repliant les pans de bâche les uns en dessous des autres. Cela doit être totalement imperméable, donc pas de découpe.


Cette vidéo est en HD, si vous rencontrez des soucis de qualité, n'oubliez pas d'activer, les paramètres de qualité et de mettre l'option suivante : 1080p50. 

ATTENTION la bâche ne doit être fixée qu’après le remplissage des billes d’argile. De cette manière, elle épousera parfaitement la forme du conteneur, ce qui empêchera tensions et déchirures. Maintenir les bords avec des serre-joints en attendant la fixation finale. Idéalement, il faut remplir une première fois le conteneur d’eau puis la vidanger. Cette procédure permet de nettoyer le matériau plastique. Quand ces opérations sont terminées, agrafez la bâche à l’extérieur du conteneur. En évitant d’agrafer au même endroit que celle du géotextile. Il est important que la bâche et notamment les bords ne soient pas exposés aux rayons du soleil, car, après quelques années, le matériau plastique (PVC) se durcit et fend sous l’influence des UV, mais pas l’EPDM. La meilleure façon de dissimuler la bâche est de laisser le géotextile par dessus ou alors vous pouvez finaliser grâce à un contour en bois.

Après avoir construit votre conteneur et créé le système d’imperméabilisation. Vous voilà prêts à façonner votre lasagne. Économique, écologique, cette technique vous permet d’avoir un sol aéré et rempli de petits animaux en tout genre. Vous n’aurez jamais eu une terre aussi fertile. Fini les terreaux ou substrats des grandes surfaces, n’achetez plus jamais ça ;)
FABRIQUER UN SUBSTRAT POUR LES PLANTES POTAGÈRES ANNUELLES
Vous pouvez créer un substrat avec des minéraux en mélangeant 1/3 de pouzzolane (roche siliceuse d’origine volcanique)ou de billes d’argile avec 2/3 de compost ou de lombricompost. Les minéraux ont tendance à remonter et doivent surtout servir à aérer le fond du conteneur. Commencer par une couche avec beaucoup de minéraux et peu de compost, et sur la couche superficielle ne mettez que du compost. Pour un substrat à base organique, les recettes qui ont bien fonctionné à AgroParisTech consistent à superposer des couches de matières différentes, en lasagne. La plupart du temps, il ne faut pas brasser les matériaux sinon des phénomènes chimiques et biologiques peuvent rendre la croissance des légumes difficile. Si vous mélangez du bois et du compost par exemple, les bactéries et les champignons du sol vont se multiplier très vite et absorber tous les nutriments, et les plantes n’auront alors plus rien. S’ils sont en couche, le développement est progressif et les organismes relâchent les nutriments au fur et à mesure.

ASTUCE
Si votre compost n’est pas mûr, les semailles directes ne fonctionneront pas bien. Avant de semer, ajoutez une fine couche de quelques centimètres d’amendement de feuille ou de terreau pour que les semences germent. Ou alors faites vos semis au chaud (voir ma vidéo, comment faire germer une graine). TÉLÉCHARGER ICI la brochure gratuite « Le Potager urbain ».


Cette vidéo est en HD, si vous rencontrez des soucis de qualité, n'oubliez pas d'activer, les paramètres de qualité et de mettre l'option suivante : 1080p50. 

Vous pourrez sur Je veux sauver la planète et sur ce blog, continuer à suivre nos aventures potagères. Le prochain article concernera la plantation et du choix des graines, selon l'exposition de votre terrasse. Il y aura régulièrement une vidéo pour vous présenter au mieux les différentes étapes. A bientôt pour de nouvelles aventures vertes :)

Source : Potager pour obtenir de beaux légumes sains en milieu citadin
Auteurs I Photos I Schémas I Illustrations I Plans I Vidéos © Christiane Désir & Frédéric Wetzel
2 commentaires

2 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci Elise :) Ton site est très chouette également :) A bientôt sur Hellocoton ;)

      Supprimer

 

Textes, images et vidéos par Christiane Désir. Sous licence "CC" Creative Commons - Attribution-NoCommerciale-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0).

Original Design by Main-Blogger - Blogger Template and Blogging Stuff