16 novembre 2014

Le purin d'orties

 
Après avoir récolté mes ultimes haricots à rame, j’ai décidé de faire un dernier test avant la saison hivernale. Semer des salades d’hivers. Étant débutante, je me retrouve le nez dans mon purin, car je découvre qu’il n’y a plus moyen de semer, je n’ai déniché aucune semence à planter pour l’hiver ! Je ne me démotive pas et je vais chez Ecoflora, une superbe adresse. 


Il y a de quoi flâner et rêver… Un jour je passerai à la permaculture, c’est sûr, je l’aurai mon terrain ! En attendant, je trouve mon bonheur dans le repiquage !!! Donc je prends mes boutures de laitue pommée d’hiver (passion brune), de salade asiatique Mizuna, d’épinards, de pourpier et de la salade de blé à 0,25 € pièce :) Merveilleux, mes nouvelles jardinières qui longent toutes mes fenêtres vont être remplies...



Pratique, le repiquage... mais cela reste plus cher !


Le lendemain, la misère commence. De vilaines petites bébêtes rouges viennent déjà s’installer sur mes belles salades et je me retrouve avec des minuscules trous ! Saloperie de puceron ! 


JE NE VEUX EN AUCUN CAS UTILISER DES IDES 
Heureusement que mon allié internet n’est jamais loin ! Un petit tour sur le web et me voilà lancée dans une nouvelle aventure, le purin d’orties ! Le jour même je pars à la chasse à l’ortie, je reviens avec 2kg. Mais j’ai dû me résigner à ne garder que 500 grammes, car au bout de trois jours, cela commençait à empester le poisson pourri, malgré les recommandations d’un YouTuber !


Comme je ne possède pas de jardin… ça sent le purin dans ma salle de bain ! Qu’est ce que je ne ferais pas pour mes petites salades chéries ! Je découvre que ce mélange à base d’orties a des attributs hors pair pour dynamiser la croissance des végétaux, mais aussi pour rejeter la plupart des nuisibles, pucerons et acariens grâce à sa faculté à fortifier les défenses. Certaines plantes ont besoin d’azote pour se développer, c’est donc également un puissant fertilisant et cerise sur le gâteau, cette recette est un très beau geste pour l’environnement.


UNE RECETTE SIMPLE 
Remplir un seau sans couvercle, de feuille et branchage d’orties (évitez absolument un récipient en métal). Faites attention aux animaux, escargots, pince-oreille, araignées, sous peine de les noyer ! Laissons ces petites bêtes dans leur habitat naturel ! Pour accélérerez la fermentation, hachez les orties aux ciseaux. Couvrir d’eau jusqu’à raz bord. Laisser macérer et tourner régulièrement avec un bâton en bois. Vous verrez apparaître de petites bulles. Cela peut prendre jusqu’à deux semaines. Quand elles ont disparu, filtrer avec une épuisette et placer le liquide dans un contenant fermé. Vos restes mettez les sur un compost si vous en possédez un. 

LES METHODES
En pulvérisation : Pulvérisez sur les plantes pour lutter contre les parasites. 1/20 Soit..Pour un pulvérisateur de 400ml, j’ai mis dans 20 ml de purin d’orties et 380 ml d’eau.
En fertilisant : Versez le directement dans la terre telle un engrais liquide, après l’avoir dilué dans l’eau 1/10 


1 MOIS PLUS TARD
Je me régale déjà de mon pourpier. Quant à mes petites salades, je les retire quelques-unes de temps en temps, le Mizuna ne grandit pas énormément, par contre mes épinards sont très beaux ! Coup de bol, nous sommes maintenant le 14 novembre et il n’a toujours pas gelé la nuit :) Sinon, je serai passée à la méthode forte, rentrer tous les soirs mes jardinières sur mes appuis de fenêtre. Quand on aime la nature, on ne compte pas ! 

AVANTAGE
On se sert uniquement de ce que l’on a besoin, rien n’est gaspillé !
Le bonheur de voir ces bébés grandir ;)
C’est local et bio :)
Une occupation ludique pour toute la famille :)
0 commentaires

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

 

Textes, images et vidéos par Christiane Désir. Sous licence "CC" Creative Commons - Attribution-NoCommerciale-NoDerivatives 4.0 International (CC BY-NC-ND 4.0).

Original Design by Main-Blogger - Blogger Template and Blogging Stuff